par Jean-Louis Vial

Ordonnance de 1732 concernant l'artillerie

L'artillerie de siège fait appel aux canons lourds de gros calibre 33, 24 et 16 livres et aux pièces de mortier et de pierrier.

On peut relever içi une des grandes différence de conception tactique entre les généraux français qui attachent une très grande importance aux places fortes qu'il faut tenir avant que d'envisager de poursuivre une offensive, alors que Frédéric II, utilise beaucoup plus la mobilité de son armée n'hésitant pas à avoir sur ses arrières une place forte non encore réduite n'y laissant que quelques troupes pour l'inquiéter.

Le mortier est une pièce qui tire à faible charge sur une trajectoire courbe une bombe sphérique remplie de poudre et munie d'une fusée, la bombe ainsi projetée va éclater aux environs de son point de chute dispersant le personnel de défense et permettant aux assaillants de s'avancer à courte distance.

Sur le même principe le pierrier projette sur l'ennemi un panier remplis de pierres, mais d'une efficacité bien inférieure au mortier ils sont moins nombreux.

En 1732 Lavallière dans sa refonte complète du système d'artillerie précise les dimensions que devront suivre les fondeurs.
-mortier de 8 pouces de calibre à chambre cylindrique et contenant une livre trois-quarts de poudre.
-mortier de 12 pouces de calibre à chambre cylindrique et contenant cinq livres et demie de poudre.
-
mortier de 12 pouces de calibre à chambre poire et contenant douze livres de poudre.
-mortier de 12 pouces de calibre à chambre poire et contenant cinq livres et demie de poudre.
-
pierrier de 15 pouces de diamètre à chambre cône tronquée contenant deux livres et demie de poudre.

 

Mortier de 12 pouces
chambre cylindrique de 5 1/2 livres

Mortier de 12 pouces
chambre poire de 12 livres

mortier de 8 pouces

pierrier de 15 pouces

 

Jean-Louis Vial