Volontaires Etrangers de Clermont Prince 1758 - 1766
Légion de Condé 1766 -1774

par Jean-Louis Vial et Roger Forthoffer

 

Créé par ordonnance du 7 mai 1758 à l'instigation de Louis de Bourbon-Condé, Comte de Clermont, le régiment devait être composé de 1800 hommes, tous étrangers

En juin 1758 le Comte de Clermont est relevé de son commandement à la suite de la défaite de Crefeld ou le Maréchal de Belle-Isle alors Ministre de la Guerre perd son fils unique le Comte de Gisors.

Le 15 août 1758 par la disgrâce du Comte de Clermont et la difficulté du recrutement l'effectif est réduit à 1200 hommes répartis en 2 compagnies de grenadiers, 7 compagnies de fusiliers et 4 compagnies de cavalerie. Cette réduction d'effectifs correspond ce même 15 août 1758 à la création des Volontaires Liégeois sous le commandement de M. de Hallet protégé du Comte de Clermont.

Le 19 mars 1766 le Comte de Clermont cède le régiment à son neveu le Prince de Condé et prend le nom de Légion de Condé, il sera réformé comme les autres légions en 1776.

Organisation

Les 1800 hommes devaient être répartis en 1000 hommes à pied et 800 à cheval, divisé en 9 compagnies de fusiliers de 100 hommes chacune, de 2 compagnies de grenadiers de 50 hommes et de 16 compagnies de cavalerie de 50 hommes chacune.

L'état-major de 1758 se compose de 1 colonel-lieutenant ;M. le baron du Blaisel jusqu'au 10 février 1759 ou le marquis de Comeiras lui succède , 1 lieutenant-colonel: M. le comte Bar de Saint Rome , 1 lieutenant-colonel en 2nd. :M. le chevalier du Blaisel , 1 major: M. de Romans , 2 aide-major d'infanterie, 2 aide-major de cavalerie, 1 aumônier, 1 chirurgien-major, 1 maréchal-des-logis, 1 auditeur, 1 prévôt, 1 greffier, 2 archers et 1 exécuteur de justice.

Chaque compagnie de grenadier est composée de 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 sous-lieutenant, 2 sergents, 3 caporaux, 3 ansepessades, 1 tambour et 41 grenadiers.

Chaque compagnie de fusilier comporte 1 capitaine, 1 capitaine en 2nd., 1 lieutenant en 1er., 1 lieutenant en 2nd., 1 sous-lieutenant, 4 sergents, 4 cadets, 1 fourrier, 1 capitaine d'arme, 6 caporaux, 6 ansepessades, 2 canonniers, 2 charpentiers, 2 tambours et 72 fusiliers.

Chaque compagnie de cavalerie se compose de 1 capitaine, 1 lieutenant, 1 cornette, 2 maréchaux-des-logis, 4 brigadiers, 2 cadets, 1 trompette et 43 cavaliers.

Deux pièces de canon à la Suédoise sont attachés à l'infanterie.

Après la guerre de sept ans, par l'ordonnance du 1er mars 1763, le corps se compose de neuf compagnies dont une de grenadiers, 4 de fusiliers et 4 de dragons dont la composition est calquée sur celle de la Légion Royale.

Uniformes

Tout au long de son existence l'uniforme de ce corps sera aux couleurs de la livrée de la Maison de Bourbon-Condé, sçavoir fond chamois Condé à distinctives rouges.


calque d'après Racinet par R.Forthoffer

L'état militaire de 1759 donne pour la cavalerie: habit ventre de biche, revers collet parements et doublure rouges, boutons d'étain plats, boutonnières blanches, manteau ventre de biche à collet rouge, veste rouge avec boutons et boutonnières comme sur l'habit, bottes molles, casque de cuivre à bourrelet écarlate et aigrette blanche.

Et pour l'infanterie, pareil à celui de la cavalerie à l'exception des revers sur l'habit. Les grenadiers ont une aigrette rouge à leur casque, les fusiliers l'ont blanche.

Uniforme de la Légion de Condé d'après l'inventaire de Bouxwiller (R.Forthoffer): habit chamois Condé, collet, revers, retroussis et parements rouges. Boutons blancs , sept boutons blancs et boutonnières rouges sur le revers, trois boutons sans boutonnières sous le revers. Trois boutons blancs et boutonnières rouges sur le parement. Bouton blanc derrière sur l'habit. A noter l'absence de poche visible placée dans les plis de lh'abit et surtout des boutonnières rouges !.
Veste rouge à douze petits boutons blancs.
Aiguillette rouge sur l'épaule droite,contre épaulette rouge à gauche sur l'habit.

Après la réforme du 1er mars 1763 l'uniforme se décrit: habit de drap ventre de biche doublé de serge ou de cadis rouge, collet et parements à la Polonoise de drap ventre de biche fixé avec un petit bouton, 10 gros sur le devant de l'habit, 1 à la hanche et un à la poche, en toile cousue dans les plis; la veste de drap rouge avec une patelette de drap ventre de biche à la manche, doublée de toile écrue, fermée de 20 boutons sur le devant, sans poches, boutons blancs unis, forme platte.

L'équipage du cheval des Dragons est de drap ventre de biche, bordé d'un galon de la largeur d'un pouce, en laine, fond blanc coupé par le milieu par une raie ventre de biche, large de quatre lignes.

Les corps de troupes légères n'ont ni drapeaux, ni guidons, ni timbales depuis l'ordonnance du 1er mars 1763.

Etat militaire de 1772 indiquent : habit de drap chamois Condé, doublé de serge ou de cadis rouge; collet, revers et petit parement rond de drap rouge, 7 petits boutons au revers, 3 au dessous, et trois gros sur le parement (NDRil manque : La veste...) de drap rouge sans pattelette, doublée de toile écrue, fermée de dix boutons sur le devant sans poches ni pattes: boutons blancs unis, forme plate.

L'équipage du cheval de dragons est de peau de mouton, liseré de tricot de chamois Condé festonné.


Légion de Condé 1774 - Manuscrit de Valenciennes

Le dragon du Manuscrit de Valencienne porte un habit chamois Condé avec revers, retroussis et parements rouges. Boutons blancs, sept visibles sur le revers, quatre sous le revers, un bouton derrière sur la hanche, deux (ou trois) boutons sur le parement.
Veste rouge à boutons blancs.
Il est coiffé du casque adopté par les dragons après la guerre de sept ans.
Culotte chamois, bottes légères de cuir noir. Buffleterie blanche.

L'habit du fusilier est chamois Condé avec revers, parement et retroussis rouges. Boutons blancs.
Veste rouge. Culotte blanche et guêtres noires.
Le fusilier porte le casque caractéristique de la période 1771-1776. L'engouement pour ce couvre chef métallque introduit par les troupes légères s'étendra également aux régiments de l'infanterie, mais le surcoût d'un tel équipement qui ne dispense pas de conserver un chapeau le fera abandonner, exception faite pour le régiment Du Roi.
Buffleterie blanche.

Drapeaux de 1758 à 1762

Pajol indique ( T VII p 243 ): croix blanche, deux cantons ventre de biche à un losange en diagonal rouge, deux cantons rouges à un losange vertical ventre de biche.

Jean-Louis Vial & Roger Forthoffer